ElianeReyes

télécharger le press kit

Spectacles

 

https://lesinattendues.be/evenement/raison-sortileges-musicaux/

https://lesinattendues.be/evenement/strauss-nietzsche-musique-philosophie-miroir/

 

LA RAISON DES SORTILÈGES MUSICAUX
Illustrant le concept même du festival, Michel Onfray confie son rapport personnel à la musique. Que lui dit la musique ? Quels sont ses maîtres en sortilèges musicaux ? Quels rapports entretiennent musique et philosophie ?

Un échange à deux voix avec Jean-Yves Clément, accompagné au piano par Éliane Reyes.

[…] Car nous n’aimons que les musiques qui nous ressemblent – comme Malaparte voulait une maison qui nous ressemble. Des musiques qui entrent en résonance et en harmonie avec notre âme. Les couleurs de notre tempérament, la forme de notre caractère se reconnaissent dans les couleurs et les formes de la musique. Schubert fut la couleur de mon âme mélancolique avant que la bile noire ne se dissipe après la lecture de la philosophie antique – Diogène et Aristippe entre autres – qui montrait la direction d’un consentement joyeux de la vie.

J’aime donc les musiques dans lesquelles je trouve la force et la puissance d’une énergie construite, le caractère et le tempérament d’une signature reconnaissable, une célébration des flux qui bruissent dans la vie et constituent la trame et la matière du réel, une mise en scène des débordements d’une âme conquérante… Dans le désordre, j’aime : les pulsations de Vivaldi, la joie de Scarlatti, la grâce de Rameau, la sauvagerie de Varèse, la puissance de Scelsi, l’élégance de Couperin, le souffle de Sibélius… Puccini qui dit le plaisir et l’hédonisme simples […]

Extrait de La raison des sortilèges,
entretien sur la musique,
Michel Onfray avec Jean-Yves Clément,
éditions Autrement

COMMENT ÉCOUTER LA MUSIQUE ?
Comment faire de l’écoute d’un morceau de musique une expérience qui peut nous transformer en profondeur ?

Cet événement vous invite à écouter un concert d’œuvres pour piano 
de Debussy accompagné de moments de méditations guidées.

L’idée est d’affronter ces questions toutes simples : comment écouter de la musique ? Comment ne pas être intimidé par le poids « culturel » et l’idée que l’important dépend d’informations que nous devrions avoir ? Comment la musique peut nous aider à nous accorder à notre propre être comme au monde tout entier ?

Fabrice Midal, philosophe de la méditation, fera vivre une telle expérience d’une manière tout à fait explicite à l’écoute de Debussy, musicien méditatif.

La philo peut nous sauver
22 méditations décisives

Retrouver la dimension méditative de la philosophie, voilà le chemin qu’ouvre ce livre unique et précieux. Les grandes questions de la philosophie ne sont plus alors des haltes imposées sur l’autoroute de la culture générale, mais des expériences fondatrices, personnelles et universelles à la fois.

Comment la philosophie peut nous sauver
Fabrice Midal / Flammarion

STRAUSS ET NIETZSCHE, LA MUSIQUE ET LA PHILOSOPHIE EN MIROIR
Deux pianos et une voix, ou le dialogue d’une pensée poétique avec la musique qu’elle a inspirée

Dans Le crépuscule des idoles (1888), Friedrich Nietzsche s’attaque « à coups de marteau » à tout ce qui nous sépare de la vie. 
L’héroïsme ici, loin de toute mythologie fasciste, est l’effort que doit consentir la vie pour traverser l’opacité des idées reçues et de la bêtise moderne pour refleurir créativement. En musique aussi, il y va d’un certain héroïsme pour continuer à composer, tandis que l’époque ne cesse de s’assombrir.

Richard Strauss, l’immense figure-phare du post-romantisme, fait le point en 1898 sur sa vie de compositeur dans Une vie de héros, une œuvre écrite en même temps que Don Quichotte, dans un ironique double portrait mi-héroïque, mi-dérisoire. Il s’y met en scène et s’auto-cite, dans le droit fil de l’inspiration nietzschéenne qu’il avait déployée dans son célébrissime poème symphonique Also sprach Zarathustra (1896), se livrant ainsi à une auto-analyse en musique.

En écho aux textes poétiques de Nietzsche interprétés par 
Thomas Coumans, deux géants belges du clavier, Eliane Reyes et Jean-Claude Vanden Eynden, feront entendre dans une réduction pour deux pianos des extraits de Une vie de héros (1898) et de Also sprach Zarathustra de Richard Strauss.

La musique a trop longtemps rêvé ; nous voulons devenir des rêveurs éveillés et conscients.
F. Nietzsche

 

 

Valses Poétiques

Comment raconter l’histoire d’un amour en musique ?En écoutant les valses poétiques interprétées au piano par Eliane Reyes et réinventées par Patrick Poivre d’Arvor à travers les plus beaux poèmes de la poésie française. Car le journaliste TV est également l’auteur (chez « J’ai lu ») d’une anthologie des plus beaux poèmes, incontournables ou oubliés, de la littérature française.

Quant à Eliane Reyes, formée d’abord par sa mère, elle commence le piano dès son plus jeune âge (lauréate de la Fondation Cziffra) avant d’étudier au Conservatoire Royal de Bruxelles puis à la Chapelle musicale Reine Elisabeth dans la classe de Jean-Claude Vanden Eynden, à la Hochschule des Künste de Berlin, au Mozarteum de Salzbourg ainsi qu’au Conservatoire de Paris sous l’égide de Michel Béroff, Brigitte Engerer, Hans Leygraf et Jacques Rouvier. Lauréate de plusieurs concours internationaux, elle poursuit une brillante carrière de soliste (et de chambriste) avec une discographie fournie tout en enseignant au Conservatoire Royal de Bruxelles et au Conservatoire de Paris.

En suivant le fil des Valses de Chopin composées dès l’âge de 19 ans jusqu’à sa mort, et qu’Eliane Reyes interprétera dans son intégralité, on accompagnera également l’éclosion de l’amour, depuis les premiers émois jusqu’à la jalousie, la rupture et parfois la mort. Un enchantement pour l’oreille et pour le cœur !