ElianeReyes

télécharger le press kit

Reviews

BEETHOVEN DÉÇOIT, MAIS REYES CAPTIVE

December 22 1999 La libre Belgique

Le « sixième » concerto pour piano de Beethoven a fait salle comble, samedi.

A qui étaient destinés les applaudissements du public, samedi dernier à Saint-Martin ?

La prestation d’Eliane Reyes semble avoir davantage séduit l’auditoire que la transcription du concerto pour violon de Beethoven. Cet arrangement ne pouvait combler des mélomanes attachés à leurs références et récemment subjugués par l’éblouissante interprétation de Frank Peter Zimmermann.

Par contre, tout devait céder au chant de la soliste, à commencer par Rudolph Barshaï, attentif et complice. Il faut souligner la cohérence et l’efficacité d’une conception qui intègre parfaitement le piano à l’orchestre, ductile et précis, hormis quelques imperfections parmi les vents. Dès les premières mesures, le chef impose une vision olympienne, retenue, qui prépare idéalement l’entrée de la soliste. Au mordant, à l’incandescence de l’archet, se substituent les sonorités liquides et permées du piano, qui infléchissent le caractère de l’oeuvre et tempèrent son lyrisme. Eliane Reyes aborde la partition avec un naturel confondant: son jeu fluide, volubile mais nuancé en ferait presque oublier le violon, même dans les nombreux trilles, qui jamais ne semblent mécaniques, martelés.

Toutefois, un moindre engagement dans la cadence du premier mouvement trahit des réticences légitimes; cet étalage de virtuosité spécialement écrit pour le piano, détonne et met en lumière la différence d’écriture entre les parties originales et les parties transcrites. En revanche, le toucher délicat de l’artiste épouse à merveille la rêverie du deuxième mouvement pour lequel l’orchestre tisse un accompagnement raffiné.

Le rondo final s’enchaine avec fougue et détermination même si l’acoustique du lieu estompe parfois l’articulation des cordes. Inutile de revenir sur la « Pastorale », jouée la veille, solidement charpentée, élégante, mais peu habitée. La neuvième exigera un autre souffle…

Bernard Schreuders