ElianeReyes

télécharger le press kit

Reviews

Le jeu élégant et délicat d’Eliane Reyes en saisit tous les contrastes.

February 2014 Crescendo

Les pianistes connaissent bien le nom de Tansman; l’éditeur parisien Max Eschig en faisait la publicité sur les dernières pages de quelques-unes de ses partitions. Y apparaissaient les premières mesures de ses Novelettes ou de son pittoresque Tour du monde en miniature. Notre pays l’avait honoré; il avait été élu membre associé de la classe des arts de l’Académie royale de Belgique en 1977. Pourtant, ses oeuvres n’étaient guère inscrites aux programmes. L’imparfait est de rigueur car depuis quelques années, sous l’impulsion de la fondation qui porte son nom, de nombreux enregistrements prennent place aux catalogues de labels comme Chandos ou Naxos principalement. C’est ainsi que chez Chandos, Oleg Caetani a enregistré ses neuf symphonies, souvent en premier recording, principalement avec le Melbourne Symphony Orchestra et plus rarement avec l’Orchestra della Svizzera Italiana. Naxos a déjà à son actif la musique pour clarinette, qu’elle soit chambriste ou concertante. C’est pour la même qu’Eliane Reyes enregistre la musique pour piano dont voici le second CD. Le premier comprenait les 24 Intermezzi et la Petite Suite et avait été salué unanimement par la critique. Ce second enregistrement qui couvre deux décennies de composition (de 1929 à 1949) mérite les mêmes éloges. On peut qualifier Alexandre Tansman de compositeur néoclassique. On entend résonner du Bach, du Chopin, du Stravinsky dans sa musique. Les pianistes connaissent bien le nom de Tansman; l’éditeur parisien Max Eschig en faisait la publicité sur les dernières pages de quelques-unes de ses partitions. Y apparaissaient les premières mesures de ses Novelettes ou de son pittoresque Tour du monde en miniature. Notre pays l’avait honoré; il avait été élu membre associé de la classe des arts de l’Académie royale de Belgique en 1977. Pourtant, ses oeuvres n’étaient guère inscrites aux programmes. L’imparfait est de rigueur car depuis quelques années, sous l’impulsion de la fondation qui porte son nom, de nombreux enregistrements prennent place aux catalogues de labels comme Chandos ou Naxos principalement. C’est ainsi que chez Chandos, Oleg Caetani a enregistré ses neuf symphonies, souvent en premier recording, principalement avec le Melbourne Symphony Orchestra et plus rarement avec l’Orchestra della Svizzera Italiana. Naxos a déjà à son actif la musique pour clarinette, qu’elle soit chambriste ou concertante. C’est pour la même qu’Eliane Reyes enregistre la musique pour piano dont voici le second CD. Le premier comprenait les 24 Intermezzi et la Petite Suite et avait été salué unanimement par la critique. Ce second enregistrement qui couvre deux décennies de composition (de 1929 à 1949) mérite les mêmes éloges. On peut qualifier Alexandre Tansman de compositeur néoclassique. On entend résonner du Bach, du Chopin, du Stravinsky dans sa musique. Le jeu élégant et délicat d’Eliane Reyes en saisit tous les contrastes. On reste admiratif devant la belle cohérence de cet enregistrement. La notice intéressante de Gerard Hugon permet de mieux comprendre la structure des oeuvres proposées. Un must donc pour les inconditionnels de Tansman. Et à leur intention, signalons enfin qu’une partie de ses oeuvres pour violoncelle et piano est disponible chez Dux et que son concertino pour piano et sa pièce concertante pour la main gauche viennent d’être édités par CPO. © 2014 Crescendo (France). On reste admiratif devant la belle cohérence de cet enregistrement. La notice intéressante de Gerard Hugon permet de mieux comprendre la structure des oeuvres proposées. Un must donc pour les inconditionnels de Tansman. Et à leur intention, signalons enfin qu’une partie de ses oeuvres pour violoncelle et piano est disponible chez Dux et que son concertino pour piano et sa pièce concertante pour la main gauche viennent d’être édités par CPO. © 2014 Crescendo (France) Jean-Marie André

joker