ElianeReyes

télécharger le press kit

Reviews

PIANISTE no 86 Tansman, Passionnément

March-April 2014 PIANISTE by Stéphane Friederich

ChroniquesDisques_DVD.qxp

pianiste maestro

 

 

ÉLIANE REYES

TANSMAN, PASSIONNÉMENT

LA PIANISTE BELGE CONSACRE UN NOUVEAU

DISQUE CHEZ NAXOS À L’OEUVRE D’ALEXANDRE

TANSMAN. UN JALON IMPORTANT DANS LA

REDÉCOUVERTE D’UN COMPOSITEUR MÉCONNU.

 

Comment ressentez-vous l’univers musical de Tansman?

J’ai eu un premier coup de

foudre pour sa musique en

enregistrant, en 2006, sa musique de

chambre pour clarinette. Le choc s’est

amplifié en gravant les 24 Intermezzi

et la Petite Suite. Puis, l’une des deux

filles du compositeur, Mireille Tansman,

m’a parlé des Ballades, et je me suis

lancé à nouveau dans l’aventure. La

musique de Tansman est pudique dans

l’expression de la nostalgie et de la

souffrance. Bien qu’il possédât un sens

aigu de l’humour, Tansman dissimulait

sa fragilité dans la musique. Elle

demeure finalement assez proche de la

sensibilité de son compatriote, Chopin.

Parlez-nous de l’esthétique de sa

musique…

Je peux vous parler «des» esthétiques

du compositeur. Son oeuvre est un

kaléidoscope sonore. Des harmonies,

des accords n’appartiennent qu’à lui.

Ils sont sa «signature». Mais si le style

est reconnaissable, il appartient aussi

à son époque. Les Huit Cantilènes en

hommage à J.S. Bach sont assurément

d’une veine romantisée et la Suite dans

le style ancien, d’une

écriture toute néoclassique.

Les influences de Stravinski,

Prokofiev, Szymanowski

(dans les Ballades, par

exemple) et de Ravel, un

certain esprit français

d’avant-guerre sont

perceptibles. La technique

héritée de Chopin demeure

éminemment pianistique,

fluide. Tansman était un

grand interprète dont on

devine le jeu, la délicatesse

du toucher. Étant

naturellement attirée par

la musique française,

je comprends ce goût pour

la nuance, les demi-teintes.

Comment seraient

les niveaux de difficultés

de ces pièces ?

Les Huit Cantilènes sont

abordables pour un bon

amateur, de niveau moyen.

Le travail de cette musique

très polyphonique doit

se concentrer sur le phrasé,

la qualité du legato,

l’emploi des pédales. Pour

les niveaux inférieurs,

la Petite Suite est parfaite

pour les débutants-moyens.

Les plus avancés techniquement

s’intéresseront à une sélection

d’Intermezzi. Tansman aborde une

virtuosité comparable à celle de

l’Opus 11 de Scriabine et des Préludes

de Chopin. Les Ballades se situent

également à un niveau supérieur.

Comment voyez-vous l’avenir de la

musique de Tansman ?

Le musicien français d’origine polonaise

et son oeuvre ont subi les aléas de

l’Histoire (la Seconde Guerre mondiale,

puis l’exil). Par la suite, sa musique

a été peu enregistrée, ce qui explique

qu’elle soit encore largement

méconnue bien que beaucoup

de jeunes pianistes aient joué ses

pièces à vocation pédagogique,

merveilleusement bien écrites. J’ai fait

entendre sa musique à des interprètes

tels que Martha Argerich et Vladimir

Ashkenazy qui ne la connaissaient

pas et en furent surpris. L’oeuvre

de Tansman prendra sa juste place

dans quelques années. Et je suis sûre

qu’elle sera éminente !

Envisageriez-vous une intégrale au

disque ?

Vous voulez dire enregistrer 19 CD

de musique pour piano seul, plus

6 CD avec les pièces à quatre mains

et deux pianos ? Je n’en sais rien pour

l’instant. L’avenir nous le dira.

Recherchez-vous certains types de

pianos ?

J’apprécie les pianos «typés» comme

les Blüthner, aux sonorités rondes,

aux basses chaleureuses. Ils offrent un

toucher moelleux, mais aussi puissant

sans être jamais clinquant. Les pianos

anciens sont souvent très beaux

mais ils manquent de son. Il faut

pourtant les connaître et c’est la raison

pour laquelle j’ai fait des stages avec

Paul Badura-Skoda.

Parlez-nous de vos projets…

Le Palazzetto Bru Zane apporte son

soutien à mon prochain disque

consacré à des pièces variées dont les

sonates de Benjamin Godard.

Ce double CD sortira fin 2015 aux

éditions Grand Piano. Finalement,

j’aime par-dessus tout ce grand

romantisme : celui de Chopin et par

conséquent de Tansman, du côté

polonais, et de Godard, du côté français !

Propos recueillis par

Stéphane Friédérich

 

En concert

10 mars, Conservatoire de Nice : récital

dans la série des concerts Blüthner.

www.eliane-reyes.com

 

 

ALEXANDRE TANSMAN

 

 

(1897-1986)

Suite dans le style ancien.

Ballades nos 1 à 3. Arabesques.

Cinq Impressions. Huit Cantilenas

Éliane Reyes (piano)

Naxos 8.573021. 2013. 1 h 14’

n Le piano de Tansman est à la fois intrigant

et généreux. Intrigant car les influences

qui se croisent (néoclassiques, romantiques,

impressionnistes…) se diluent dans l’énergie

personnelle d’une écriture qui ne s’embarrasse

pas des contraintes de choix esthétiques.

Tansman écrit comme cela lui

vient – du moins, c’est la sensation

qu’éprouve l’auditeur – déroutant par l’originalité

de tel accent ou telle harmonie

qui «décalent» l’atmosphère de la phrase.

Généreux, ensuite, parce que ces oeuvres

ne retiennent pas leur émotion. Quand il

s’agit de laisser «filer» le chant du cantabile

italien (Suite dans le style ancien), ou bien

l’austère polyphonie héritée de Buxtehude

(Cantilènes en hommage à Bach), ce piano

porte l’émotion jusqu’à l’ultime souffle de

vie des résolutions harmoniques. Pour son

second volume consacré au piano seul du

compositeur, Éliane Reyes joue parfaitement

de l’ambivalence, du caractère insaisissable

des traits et arpèges. Le toucher

est aussi volatile qu’il peut être puissant

et massif dans les ballades. Le jeu se fond

dans les partitions. Dans les Ballades, il

sert la logique d’une architecture complexe.

À cette modernité de forme répond une

autre modernité, celle d’un travail sur les

harmonies dans les Arabesques et les Cinq

Impressions. Ces pièces de 1930 et 1934

ouvrent magnifiquement des perspectives

sonoristes entendues chez Mompou et,

bien plus tard dans

le piano de Bill

Evans. Avec Tansman,

on découvre un

univers captivant,

servi ici par une interprète

qui sait le

défendre S. F.